LE GOUT DES LIVRES de DIANCOURT VICTOR, HA

LE GOUT DES LIVRES

LE GOUT DES LIVRES

DIANCOURT VICTOR, HA
Editeur : PU REIMS
Date de parution : /01/2016

[ean : 9782374960036]

En stock

Retrait immédiat en librairie

En stock

Retrait immédiat en librairie

6.00 €

Commentaires et avis

Pas encore d'avis pour ce produit.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté(e) pour pouvoir laisser un commentaire. Se connecter




Le présent texte a paru en 1875 dans les Travaux de l'Académie nationale de Reims (volume 55, p. 65-85) et sous forme de plaquette, tirée à 24 exemplaires. Né en 1825, Victor Diancourt avait suivi des études de droit à Paris, mais s'était vite orienté vers le négoce de tissu et la vie politique. Militant républicain dès 1848, il fit partie des fondateurs du journal l'Indépendant rémois en 1868. Il fut maire de Reims de 1872 à 1881, devint député en 1879 et sénateur en 1886. "Le goût des livres" est la première conférence de Victor Diancourt à l'Académie de Reims, dont il était devenu membre en 1870. Les livres furent en effet une des grandes affaires de sa vie, à côté des affaires publiques. Ses intérêts de collectionneur furent diversifiés. Comme nombre de ses contemporains, il rechercha les éditions originales du XVIIe siècle, notamment de Molière, et les livres illustrés par les grands dessinateurs du XVIIIe siècle. Mais il réunit aussi un important ensemble d'imprimés de l'époque révolutionnaire, période fondatrice pour les républicains du XIXe siècle. Il collectionna par ailleurs les éditions bibliophiliques des auteurs de son siècle, recherchant les exemplaires enrichis de dessins originaux. Il commanda de nombreuses reliures précieuses aux principaux artisans relieurs de son temps, et fit réaliser, vers la fin de sa vie, plusieurs ouvrages entièrement calligraphiés et illustrés d'aquarelles, notamment de l'artiste rémois E. Auger. En 1901, le catalogue manuscrit de la collection comprenait presque 15 000 entrées. Vidor Diancourt mourut en 1910, à l'âge de 85 ans. Par testament, il avait légué l'ensemble de ses livres et une partie de ses collections iconographiques (dessins originaux et série de lithographies satiriques) à la bibliothèque de sa ville. Dès le début de la guerre, en 1914, une sélection d'environ 2 900 ouvrages fut effectuée et ceux-ci furent mis à l'abri. Le 3 mai 1917, l'incendie l'hôtel de ville réduisit en cendres le reste de la collection. Malgré ces disparitions, le fonds Diancourt demeure, par sa diversité et sa richesse, un des fleurons des collections patrimoniales rémoises conservées à la bibliothèque Carnegie. Vidor Diancourt, par ses intérêts comme par son parcours biographique, associe les traits du bibliophile de l'époque des Nodier, Lacroix et De Bure, à ceux du collectionneur fin de siècle, dont Octave Uzanne ou Henri Beraldi furent des figures marquantes. Les idées et les références présentes dans sa conférence sont caractéristiques de cette double appartenance et en font un témoignage particulièrement suggestif du goût des livres au XIXe siècle.
Nous n'avons pas encore d'avis sur cet article, mais n'hésitez pas à nous en parler !