Jules Chéret, maître de l'affiche

fol

Pierre Guy présente la vie et l’oeuvre de Jules Chéret 

mercredi 27 mars 2019 à partir de 17h00 à l’Apostrophe.

 

Génial maître de l’affiche lithographique, CHERET aura exercé une influence majeure sur BONNARD, TOULOUSE-LAUTREC et VUILLARD.  

Fils de typographe, né à Paris en 1836, Jules CHERET apprend le métier de lithographe dans les cours du soir de la Petite École, future École Nationale des Arts Décoratifs. Il intègre par la suite les Beaux-Arts. Il se fait connaître, en 1858, par la réalisation d’une affiche illustrant l’opéra-féérie de Jacques OFFENBACH, «Orphée aux enfers». Après un nouveau séjour londonien au cours duquel il s’imprègne des œuvres de TURNER et CONSTABLE, il ouvre son premier atelier de lithographie à Paris, au 18, de la rue Brunel.

off

Il met au point divers procédés qui lui permettent de créer des affiches de grandes dimensions (jusqu’à 2,40 m sur 1,40 m !). En innovant et en élargissant la gamme des couleurs utilisées, toutes lumineuses, il s’impose comme un précurseur, combinant brillamment des couleurs éclatantes. Ayant revendu son atelier à l’Imprimerie CHAIX (chez qui il devient directeur artistique), il est honoré par ses pairs, de TOULOUSE- LAUTREC à DEGAS qui le compare à WATTEAU  « ce merveilleux artiste rococo qui a si bien peint les femmes costumées, romantiques et d’un charme fou… »

ete

Le contenu de cet article provient de la présentation de Pierre Guy, reproduit avec son autorisation.

Produits associés

Un auteur de BD près de chez vous ?

Pascal Regnauld dédicace BALLE TRAGIQUE POUR UNE SERIE Z, éditions Glénat.
ne fait pas toujours bon être sous le feu des projecteurs...

Mai 1958 à Los Angeles, dans les studios Disney à Burbank. Sous les projecteurs, la chaleur est accablante. Jimmy White, éternel second rôle, joue dans une série pour gosses, un truc un peu naïf qui raconte l’histoire d’un type masqué qui se fait appeler « Zorro ». C’est Brenda, son agent, qui lui a dégoté ce boulot. Jimmy fait un peu de tout. Le cascadeur, la doublure et les rôles de petites frappes qui se font immanquablement embrocher par le renard masqué, ce poseur prétentieux de Guy Williams. Jimmy a aussi des dettes. Cinq mille dollars qu’il doit à Giuseppe Battaglia, l’un des pires usuriers du quartier de Fairfax. Pour Jimmy, l’existence serait merdique s’il n’y avait pas Sally Davis, cette figurante dont il est tombé follement amoureux sur un plateau. Seulement, depuis que Buddy Drummond, producteur de la Fox aussi puissant que lubrique, a fait miroiter à la belle un premier rôle dans un western, Jimmy commence à avoir des doutes sur leur liaison. Dos au mur, il est sur le point de commettre l’irréparable…

Roger Seiter et Pascal Regnauld (l’actuel dessinateur de Canardo) nous emmènent dans les dessous un peu minables de l’âge d’or d’Hollywood à travers un polar ciselé et sans filtre, peuplé par une galerie de personnages tous droits issus d’un roman de James Ellroy. Source: Glénat
https://www.glenat.com/treize-etrange/balle-tragique-pour-une-serie-z-9782344024621

Afficher moins